Malgré la décision de l’Organisation mondiale de la santé OMS de suspendre « temporairement » les essais cliniques de la chloroquine, l’Algérie ne compte pas renoncer au protocole thérapeutique basé sur cette molécule.